mardi 16 octobre 2012

La pannacotthaï


Ça va sans doute paraître extrêmement prétentieux mais, jusqu’à ce jour, je n’avais jamais mangé une bonne pannacotta (crème cuite, en italien).  Sans doute parce que je n’avais jamais mangé que des versions industrielles de la chose, sciemment (tombées dans mon caddie au supermarché) ou à mon insu (dans des restaurants mal nommés). Bref l’idée que j’en avais, c’était de la « Jell’o » de crème fraîche souvent baignée de fruits rouges ou de caramel.
Bof, hein ?
Puis en me penchant çà et là sur des sites de cuisine italienne, je me suis surprise à penser (il était temps !) qu’il suffisait de doser très modérément la gélatine pour obtenir un dessert crémeux à souhait.
Vous connaissez ma passion pour le Kaffir, cette feuille de citronnier au parfum incroyable qui  me fait grimper aux rideaux dans le curry vert thaï. Et bien voilà, l’association était faite… De la crème, du lait de coco et des feuilles de Kaffir, la Pannacot...thaï est née…






LA PANNACOTTHAÏ :

(Pour 4 personnes)
  • 25 cl de crème liquide entière
  • 1 boite (400ml) de lait de coco
  • 60g de sucre en poudre
  • 3 c à s d’eau
  • 3 feuilles de gélatine (pour obtenir une texture ultra crémeuse, si vous préférez les pannacottas plus dures, augmentez la dose)
  • 5 feuilles de kaffir
  • Copeaux de noix de coco (Vous en trouverez au supermarché, marque Vahiné par exemple).  
  • Un peu d’huile.

  • Faites tremper les feuilles de gélatine dans les 3 cuillères d’eau
  • Portez à frémissement la crème, le lait de coco, le sucre et les feuilles de kaffir
  • Laissez cuire 5 min en remuant sans cesse.
  • Hors du feu, rajouter la gélatine et remuez
  • Versez le mélange dans des ramequins, préalablement « chemisés » avec un papier absorbant huilé et un peu de sucre
  • Mettez au réfrigérateur pour minimum 3 heures.
  • Démoulez en trempant les ramequins dans de l’eau très chaude quelques secondes puis en décollant délicatement la pannacotta avec un couteau.
  • Servez les saupoudrées de copeaux de noix de coco grillé à sec dans une poêle. (Hors de question pour moi de gâcher le goût subtil de la feuille de citronnier par un coulis quelconque)




.
Verdict de la maman de Plectrude : Mouaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhhhhh !!!!!! Si le curry vert a sur moi des effets euphorisants, ce truc-là est pire. Crémeuses, onctueuses, subtilement parfumées, fermez les yeux et vous y êtes….

Verdict de Plectrude : Plectrude n’a jamais su qu’elles avaient existé. Il y a des choses qu’il convient de cacher aux enfants avant qu’ils aient atteint l’âge de les comprendre. Je les ai cachées au fond du frigo, derrière un barrage de pots de 1 Kg de fromage blanc pour ne les sortir qu’à des heures avancées de la nuit. Oui, je sais....



Joyeux appétit...

5 commentaires:

  1. J'ai envie de dire "Oh my gosh!", je suis raide dingue de cette feuille, j'aurais pas pensé à l'utiliser en sucré et vu que j'en ai une cargaison au congélo, je vais faire ta recette!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Donne moi des nouvelles quand tu l'auras goûtée :-)

      Supprimer
  2. OMG, j'adore la panna cotta et encore plus les feuilles de kaffir. Je n'aurais pas non plus pensé à l'utiliser en version sucrée mais ça à l'air parfait.
    C'est vrai que c'est super dur de goûter à une bonne panna cotta.

    Cécile

    RépondreSupprimer
  3. WAOUH MAGNIFIQUE TA PANNA COTTA !!! quel plaisir rien que pour les yeux
    bisous !

    RépondreSupprimer