dimanche 11 novembre 2018

Boeuf Cantonais (Chine)


Avec l’automne, sa fraîcheur et ses journées courtes, arrive l’envie de plats roboratifs, de sauces et de réconfort. En plat du weekend et pour changer un peu du Bourguignon, de la délicieuse carbonade flamande, du bœuf à la Guiness , voici une version de ragoût de bœuf bien moins connue sous nos latitudes : Le bœuf cantonais. Cuisiné avec du radis chinois dans une sauce douce très parfumée très caractéristique de la Chine du sud (à base de sauce Chu Hou au soja fermenté), il se sert avec du riz ou des nouilles chinoises, et apportera une touche inédite à votre daube du weekend !



samedi 20 octobre 2018

Harira (Maroc)


J’ai eu envie de cuisiner cette délicieuse soupe marocaine pour la première fois en voyant les yeux exorbités de ma fille qui à 3 ans s’en enfilait des assiettes gigantesques chez sa nounou. (La belle époque où elle mangeait de tout). Des recettes de harira il y en a des centaines, j’ai fait un mix de ce que j’ai trouvé ci et là, en m’assurant qu’elle soit quand même plutôt rapide à préparer pour faire un dîner express en semaine. C’est réconfortant, parfumé, épicé, goûteux, bref une soupe (plutôt d’hiver à mon goût) qui peut parfaitement faire office de plat complet, accompagné de pain marocain par exemple.


mardi 21 août 2018

Chili con Quinoa


Voici un repas complet, équilibré, d’inspiration tex-mex, simple et rapide à faire pour les soirs de semaine (en utilisant des haricots en conserve). Un bon moyen de trouver une utilisation très goûteuse et parfumée au quinoa, dont l’intérêt est à mon sens essentiellement nutritionnel et très peu gustatif. Je ne saurais que trop vous enjoindre à utiliser du quinoa « bio » et équitable (ou bio et français).


jeudi 16 août 2018

Gratin de Saumon aux Pommes de Terre


Voici un plat du soir, à servir avec une belle salade verte et qui fera manger sans difficulté du poisson aux enfants récalcitrants. Ce gratin de saumon est très simple et rapide à faire, peu gras (pas de béchamel ou autres crèmes).


samedi 11 août 2018

Mandu (Corée)


La suite du tour du monde des raviolis, avec les mandu coréens, des raviolis à la viande (mais on peut aussi faire une version au kimchi, le chou coréen fermenté). Ces raviolis auraient été importés en Corée par les mongols, au XIVe siècle sous la dynastie Goryeo. Ce fut l'un des premiers plats ayant permis la réintroduction de la viande dans une Corée qui était à l’époque essentiellement bouddhiste et végétarienne. Une chanson datant de cette époque, appelée « Ssanghwajeom », raconte d'ailleurs comment des Ouïgours ont ouvert une échoppe à raviolis en arrivant en Corée, et eurent un franc succès auprès de la population locale.

Les mandu peuvent être cuits à la vapeur, frits, ou grillés comme je vous les présente ici (poêlés d’abord à l’huile puis la cuisson se termine à couvert en rajoutant un peu d’eau), voire en soupe. Vous pourrez en trouver donc de toutes formes, farces et type de cuisson si vous allez en Corée, d’autant que c’est un plat saisonnier dont la farce peut changer en fonction des ingrédients disponibles.

Ici c’est une version très classique que je vous présente, avec une farce composée d’un mélange de viandes. J’ai également utilisé des feuilles à ravioles toutes prêtes achetées au rayon frais du supermarché asiatique (le plus long de la recette étant bien évidemment la réalisation de ces feuilles à ravioles si vous les faites vous-même).



samedi 26 mai 2018

Sandwich à l'oeuf (Corée)


Si vous voulez devenir la reine ou le roi de la saison des pique-nique qui vient de commencer, dégainez cette arme fatale : Le Korean egg toast. Pour faire simple, un sandwich à l’omelette grandement amélioré, complet (œufs, légumes, fromage, jambon…), qui tient au corps et qui a fait l’unanimité absolue chez tous les testeurs.
En Corée, c’est depuis une vingtaine d’années un petit déjeuner à emporter qui se vend dans des stands de rue, rien de vous empêche de faire de même, de le mettre dans votre gamelle pour déjeuner sur le pouce, ou de l’instaurer en dîner du dimanche soir. Et découpé en petit carrés en apéro/tapas, ça ne doit pas être mal non plus...


mardi 22 mai 2018

Chao Shou : Raviolis au porc, sauce pimentée (Chine)



Nous partons en Chine pour la province relevée du Sichuan, où l’on sert dans les gargotes de rue ces délicieux raviolis vapeur farcis à la viande de porc et généreusement arrosés de sauce au piment.
En dialecte du Sichuan chao shou signifie « mains croisées » et se réfère au pliage particulier de cette raviole, dans des carrés de pâtes pliés en triangle et dont les pointes se superposent. Le pliage sera forcément la partie la plus longue de la recette qui, par ailleurs, se réalise assez rapidement en utilisant des feuilles à wonton déjà prêtes (achetée au rayon frais des supermarchés asiatiques).
Le résultat est un plat extrêmement goûteux et relevé, avec ce parfum si particulier du poivre du Sichuan.
Il est toujours difficile d’estimer le nombre de ravioles puisque cela dépend vraiment de comment vous les remplissez mais disons autour de 20-25.



D'autres recettes chinoises = PAR ICI
D'autres recettes de raviolis = PAR LA

vendredi 18 mai 2018

Côtes de Porc au Madère

La deuxième recette phare de mes années d’étudiantes, après les pâtes carbonara, c’est celle-ci. « Recette » est peut-être même un mot un peu trop élaboré pour ce plat très simple à réaliser, très roboratif, pas franchement raffiné dans sa présentation, mais je vous assure qu’avec une plâtrée de riz ou de pâtes, il me valait à l’époque le Bocuse d’Or chez mes copains d’amphi (l’époque est lointaine, Top Chef n’existait pas et il ne leur en fallait pas beaucoup pour s’esbaudir…). Et bien je l’ai testé sur Plectrude et il a toujours eu autant de succès !


dimanche 29 avril 2018

Nouilles soba au poulet (Japon)






Après toutes ces recettes de base vous vous doutiez bien que la pièce de résistance allait enfin arriver : Le bol de nouilles ! La cuisine japonaise regorge de nouilles de toutes sortes, les plus connues hors du Japon étant sans doute les ramen, ces longues et fines nouilles de blé importées de Chine, popularisées dans les manga et souvent servies dans un bouillon avec viande ou crustacés et garniture aromatique.

RAMEN

Les udon sont, elles, des nouilles de blé plus traditionnelle, blanches, épaisses, à la texture assez molle et élastique et au goût neutre qui se servent en bouillon, sautées, voire froides.

UDON

Les somen sont des nouilles de blé d’une extrême finesse (moins de 1,3 mm) préparées avec de l’huile végétale et séchées à l’air libre avant d’être découpées et préparées pour la vente en petits fardeaux. Elles sont très souvent servies froides en plat estival.

SOMEN

Et enfin les soba sont des nouilles aussi très fines faites à  base de farine de sarrasin exclusivement, donc sans gluten, (attention de bien lire les emballages toutefois, l quasi-totalité vendues dans les épiceries asiatiques en France sont faites d’un mélange blé/sarrasin, vous trouverez plus aisément des 100% sarrasin dans les magasins bio comme ICI ou LA). Elles ont un goût très prononcé par rapport aux trois précédentes.

C’est une recette inspirée de Sonoko Sakai  que je vous propose aujourd’hui, avec ces nouilles de caractère dans un bouillon parfumé et du poulet, pour un repas complet et nourrissant.

Shichimi togarashi (Japon)


Le shichimi togarashi est un mélange japonais de 7 épices qui remonte au XVIIIe siècle, époque où il a commencé à être mixé par des herboristes de la région de Tokyo à des fins de pharmacopée. Il relève les viandes grillées, le riz, les nouilles et les soupes (et testez-le sur des œufs frits/au plat, vous m’en direz des nouvelles !). Assez  relevé par rapport aux standards japonais (la cuisine japonaise ne l’étant en général pas particulièrement), il donnera du peps à vos plats qu’il parfumera et relèvera en ajoutant une touche de couleur.